Une Perspective sur les résultats neuropathologiques chez les victimes du Syndrome de Mort Subite du Nourrisson: Le Modèle à Triple Risque

Résumé

Les études neuropathologiques chez les victimes du SMSN soutiennent le concept selon lequel elles ne sont pas tout à fait « normales » avant le décès, mais possèdent plutôt des vulnérabilités sous-jacentes qui les exposent à un risque de mort subite. Ce concept constitue un maillon clé d’un modèle à triple risque pour la pathogenèse des PEID que nous proposons. Selon ce modèle, la mort subite chez les SMSN résulte de l’intersection de trois facteurs qui se chevauchent: (1) un nourrisson vulnérable; (2) une période de développement critique dans le contrôle homéostatique et (3) un ou des facteurs de stress exogènes. Un nourrisson ne mourra du SMSN que s’il possède les trois facteurs; la vulnérabilité du nourrisson reste latente jusqu’à ce qu’il entre dans la période critique et soit soumis à un facteur de stress exogène. Selon ce modèle, des troubles hétérogènes peuvent rendre le nourrisson vulnérable à une mort subite pendant la période critique, comme l’illustrent potentiellement deux lésions précédemment rapportées dans le cerveau du SMSN (hypoplasie du noyau arqué et hypomyélinisation subtile). Néanmoins, le modèle à triple risque n’exclut pas la possibilité que la majorité des décès de SMSN s’expliquent par une voie commune unique sur laquelle de multiples facteurs de stress interviennent pour produire une mort subite au cours de la période critique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.